Je commence la lecture du dernier MURAKAMI HARUKI -"1Q84" , Inspiré bien sur du roman de G. Orwel "1984" , 9 en japonais se pronone "Q".
M.H. a reçu le prix Jérusalem pour ce roman en Février dernier.

Le prix récompense une œuvre  mettant en valeur la liberté individuelle, la société humaine ...

Extrait:(interprétation personnelle)

"Nous sommes,êtres humain,tel un œuf qui peut se casser face à un mur , un mur haut, sombre et froid contre lequel nous ne pouvons de toute façon rien faire.

Et en tant qu' écrivain, j'ai tendance à faire ce qu'on me dis de ne pas faire.
J'écris pour rendre hommage au divin qui est en chacun de nous. Pour célébrer l'être unique que nous sommes tout à chacun.

Nous devons être unis . Ne pas nous laisser diriger par le systhème. Le systhème c'est nous qui le créons.

(...)

Quel impact sur l'opinion publique , au Japon et à l'étranger, de la part d'un des écrivains vivant des plus populaires en particulier auprés des étudiants, aurait pus t-il avoir si il avait refusé le prix et éxpliqué pour quoi il refusait dans une conférence de presse?

La réponse dans  ce discours à Jérusalem est pleine de sagesse et de philosophie.

Elle montre que Murakami Haruki n'est pas un écrivain engagé .

Se plaçant hors toute polémique. Il ne se dis pas pour ou contre un camps ou un autre.

On peut regretter qu'une personnalité publique , un des écrivains les plus lus au monde , n'aie pas pris de position plus marquée.On ne peut que le regretter quand on est choqué de voir des familles éxpulsées de leur maison et de la terre de leurs ancêtres.